Le fondateur

Quad-é-Azam Mohammad Ali JINNAH

Homme d’Etat pakistanais, Muhammad Ali Jinnah est né à Karachi en 1876, ville située, encore à l’époque, dans l’ancien empire des Indes. Il entre à la Ligue musulmane en 1913 et préside le parti indépendant à l’assemblée législative. Ardent défenseur de la cause musulmane, il est l’auteur, en 1928, des quatorze garanties constitutionnelles réclamées par les musulmans.
En 1937, face à Gandhi notamment, il adhère définitivement aux théories qui entraîneront la création d’un Etat musulman au nord-est et au nord-ouest de l’Inde (le Pakistan et le Bangladesh). Il devient ainsi de 1947, et ce jusqu’à sa mort en 1948, le premier gouverneur du Pakistan et apparaîtra comme le véritable fondateur et le « père » du pays.

gallery/pakistan-jinnah
Mohammad Ali Jinnah en 1945

À l'âge de 20 ans, Jinnah commença son activité d'avocat à Bombay où il était le seul juriste musulman de la ville. L'anglais était devenu sa langue principale et il le resta tout au long de sa vie. Durant ses trois premières années d'activité, entre 1897 et 1900, il ne s'occupa que d'affaires mineures. Sa carrière s'accéléra lorsque l'avocat général de Bombay, John Molesworth MacPherson, l'invita à travailler dans son cabinet. En 1900, P. H. Dastoor, un magistrat de la présidence de Bombay, quitta temporairement son poste et Jinnah assura l'intérim. Au bout de six mois, on lui proposa de conserver cette fonction pour un salaire de 1 500 roupies par mois. Jinnah déclina poliment en affirmant qu'il envisageait de gagner 1 500 roupies par jour, une somme énorme pour l'époque, ce qu'il parvint à obtenir par la suite... Néanmoins, en tant que gouverneur général du Pakistan, il fixa son salaire à une roupie par mois.

À partir des années 1930, Jinnah commença à souffrir de tuberculose mais seuls sa sœur et quelques proches connaissaient son état. Jinnah considérait que l'annonce de sa maladie lui serait dommageable politiquement. Dans une lettre de 1938, il écrivit à un partisan que « vous avez certainement lu dans les journaux combien pendant mes visites… J'ai souffert, ce qui n'était pas lié à un problème personnel mais aux irrégularités [de l'emploi du temps] et aux tensions qui pèsent sur ma santé ». Mountbatten affirma des années plus tard que s'il avait su que Jinnah était si malade, il aurait temporisé ses décisions dans l'espoir que la mort de Jinnah permette d'éviter la partition. Fatima Jinnah écrivit par la suite, « même dans son heure de gloire, le Quaid-e-Azam était gravement malade… Il travailla avec frénésie pour consolider le Pakistan. Et, bien sûr, il négligea complètement sa santé… ».

Statue de Jinnah à l'université de Toronto.

محمد علی جناح

gallery/pakistan-jinnah-statut-universite-toronto

Maladie et mort

Avocat